Pierre Reverdy, in Main d’œuvre, 1949

Quand on referme violemment la porte vers la nuit
Il n’y a plus à placer là que le murmure
La seule clef sans bruit qui force la serrure
Entre l’aveu confus et le lieu du mystère
Les mots silencieux qui tendent leur filet
Dans tous les coins de cette chambre noire
Où ton ombre ni moi n’auront jamais dormi

[ ]

Publicités